Contact

Pour contribuer aux traductions, édition-correction et/ou apporter du matériel original à publier tel que des actualités depuis la rue, des compte-rendus d'actions, communiqués de revendication, des textes pour des compagnon-ne-s emprisonné-e-s ou poursuivi-e-s, des appels, des feuillets, des articles d'opinions, etc. : contrainfo(at)espiv.net

Contra Info: Réseau traducteur de contre-information

Contra Info est un nœud international multilingue de contre-information et de traduction, une structure entretenue par des anarchistes, anti-autoritaires et libertaires en activité dans différentes parties du monde. Lire la suite »

France, Besançon : le numéro d’été de la revue “Séditions” vient de sortir

seditions3

Cliquez sur l’image pour télécharger le PDF

Le troisième numéro de “Séditions” de cet été vient de sortir.

Un rapide aperçu des sujets qui y sont abordés:

Flics porcs assassins !
– A Laxou comme ailleurs, pour en finir avec l’illusion citoyenne “vérité et justice”

Rubrique ‘A l’assaut du vieux monde': brèves d’agitation

Rubrique ‘En Bref':
– Besak sous les uniformes
– Les flics s’invitent à la faculté de lettres
– La police municipale armée de taser
– Des Rroms expulsés à la suite de l’incendie de leur squat

Milan : à propos des dernières expulsions et arrestations

Anti-cop stencilQuelques mots sur les événements de vendredi 15 mai à Milan :

A Quarto Oggiaro story.

Le comico de Quarto Oggiaro a déclaré la guerre aux anars !

Des poulets qui essaient de nous le faire payer, sacrée nouvelle !

Mais commençons par le début.

Les perquisitions ont commencé juste avant le 1er mai. Avec l’arrogance habituelle de la flicaille : des charges dans le marché, des dizaines de CRS qui s’amusent avec leur jolies matraques, la DIGOS qui filme pour avoir son quota de plaintes. Une camarade arrêtée pour résistance et coups.

Rien de nouveau, en somme.

Le 12 mai la situation devient «étrange» : une patrouille de 8 individus louches rentre dans un des bâtiments déjà fouillés, à un moment où il n’y a personne, pour y effectuer une nouvelle perquisition. Des camarades interviennent rapidement pour comprendre ce qui se passe. Pour toute réponse, des insultes et des phrases très raffinées genre « C’est la police, on fait ce qu’on veut », mais apparemment la simple menace d’un appel à l’avocat a suffi à les faire déguerpir d’un air désorienté. C’était qui ? Les Digos ne sont pas des lumières, mais ils ne sont pas si maladroits non plus.

Le matin du 15 mai plus aucun doute : nouvelle expulsion, clairement pas inattendue, des deux apparts d’une camarade et d’un camarade, appartements gérés par MM. Il s’agit de la deuxième expulsion de ce genre dans l’espace d’un mois, on connait le scénario. Une présence massive de CRS a rendu impossible toute intervention directe des soutiens qui voulaient empêcher l’expulsion. Nous avons décidé de rester pour protéger les camarades menacé-e-s d’expulsion et essayer de défendre leur affaires. Il y a quelque chose qui cloche, beaucoup de nouveaux visages, beaucoup de flics en civil, une quantité disproportionné même, ils sont presque aussi nombreux que les CRS. Pas beaucoup des visages tristement connus, quelques digosini par ci par là, quelques fonctionnaires et une poignée de ces salauds qui ont malheureusement l’habitude de se mettre sur notre route. Moment tendu: on essaye de reprendre quelques cartons d’un camarade qui vient d’être expulsé, et qui avaient entretemps été chargés sur une camionnette de MM. Une petite charge de dispersion nous repousse définitivement, la camionnette s’en va. Le calme revient. La tension redescend. Peu à peu le rassemblement se disperse tandis que l’on attend que l’on charge dans les fourgons les dernières affaires et que ceux qui n’ont désormais plus de domicile se joignent à nous. Loin de nos regards deux solidaires sont arrêtés, un troisième arrive à s’enfuir. Au rassemblement il y a de la nervosité, on ne comprend pas de suite ce qui se passe. Nous essayons de nous libérer de la flicaille. Nous sommes encerclé-e-s, un camarade se fait plaquer à terre et arrêter.

Le jour suivant procédure en réfèré, accusations habituelles : résistance et coups.

Les camarades sortent après une journée exténuante passée au tribunal en attendant une décision à propos des mesures judiciaires qui semble ne jamais tomber.

Tou-te-s dehors, deux sous contrôl judiciaire avec signatures obligatoires, un sans aucune contrainte.

Le procès reprendra un autre jour.

On s’embrasse et ils/elles commencent leurs récits, tout se fait plus clair.

Leur arrestation a été effectuée par des agents en civil du comico de Quarto Oggiaro, particulièrement violents et grossiers. Ils/Elles y ont été amené-e-s et gardé-e-s pendant des heures, entre insultes et méchancetés. Parmi lesquelles ne pouvaient pas manquer les “Vous aimez tabasser les keufs ? Maintenant c’est à nous de nous amuser !”, “Nous vous avons déclaré la guerre !” et autres boutades de ce genre. Il/Elles ont passé la nuit à San Vittore, d’où ils/elles ont pu entendre un salut affectueux.

Apparemment la flicaille n’a pas aimé que le 1er mai leur chef de bande – le préfet adjoint de Quarto Oggiaro – aie été tabassé devant les caméras et les photographes.

Quel échec pour leur machisme de voir leur mâle dominant massacré par une bande de tiques* devant le monde entier.

On voit que ton caractère insurgé grandit trop…

Maintenant, ils cherchent leur revanche et voudraient répandre la terreur.

Ils seront déçus.

MM mérite une dernière note en marge. Nombreux sont ceux qui restent perdu-e-s face à l’augmentation des expulsions, mais comment s’en étonner ? Exemple classique d’une administration de “gauche” en difficulté et qui essaie de se rattraper en copiant la politique des “droites” et se saupoudre avec l’imaginaire sécuritaire aux dépens des misérables. Parmi lesquels on retrouve, naturellement, la catégorie variée des squatteurs. Et il est certain qu’ils essaient d’abord d’éliminer le « cancer » des subversifs des bâtiments qu’ils souhaitent nettoyer. Comment pourraient-ils se permettre de laisser rallumer pendant l’Expo les foyers de révolte représentés par les barricades de Giambellino et Corvetto en novembre ?

Vous pensez peut-être nous avoir fait peur, nous avoir effrayés au point de nous faire nous cacher en attendant des jours meilleurs. Si ça se trouve vous êtes en train de jubiler à l’idée d’avoir réussi à imposer votre paix sociale à coups d’expulsions, arrestations et matraques.

La répression n’arrêtera pas nos luttes.

Et ce ne seront pas des marionnettes en uniforme qui nous feront peur.

Des individualités anarchistes

Note de Contra Info : *zecche, qui était le petit nom que les fascistes donnaient aux “rouges”, aux communistes et aux anarchistes, et que l’on entend encore parfois dans les couloirs des commissariats.

Mexico D.F. : Attaque incendiaire à une succursale de Banamex

Le 12 juin, après minuit.

Par le moyen d’une arme simple, nous avons décidé d’attaquer la banque Banamex de Sullivan, coin circuit intérieur; en plein centre-ville. Nous avons vu votre système de surveillance : des patrouilles circulant autour de l’avenue, l’une après l’autre, des caméras qui nous observent dans chaque rue, à chaque pas, des passants morts-vivants qui se confieraient à la police concernant quoi que ce soit leur paraitrait étrange.

L’avenue Sullivan est un lieu traditionnel de prostitution de rue de la ville de Mexico, sans ignorer, évidemment , qu’à un coin de rue de l’objectif, se trouvent les cours pénales des délits non-graves du Tribunal Supérieur de Justice; en somme, tout cela pourrait faire croire qu’une rencontre face à face avec l’ennemi est impossible dans une zone comme celle-ci; néanmoins, nous, avec une joie violente, expérimentons en temps présent la liberté qui confronte l’ordre et le statu quo.

Après l’attaque, une opération a été mise en branle qui n’a donné comme résultat que la démonstration de son inefficacité et de se stupidité, alors qu’entre les rues complices de la nuit, nous avons réussi à fuir.

Attaquer une banque telle que Banamex, en plein centre du pouvoir de la financier, c’est pour inciter à toute pluralité affinitaire (groupes d’affinité, individualités anarchistes) et démontrer que la surveillance n’est PAS un obstacle-et les cartes sont peu coûteuses. Les actes de sabotages peuvent être réellement simples et facilement reproductibles.

Qu’ils remplissent tout les recoins de caméras, depuis l’ombre de la nuit, nous les attaquerons. Tôt ou tard, les vitrines de leurs temples éclateront. Nous n’attendons pas, nous vivons dans le présent, et cet acte n’est ni le premier, ni le dernier dans la lutte que nous avons choisi d’affronter contre le capital sur nos vies.

Devant vos moyens de surveillance, nos réseaux de sécurité, de complicité et de précaution.

LIBRES OU MORTS

Groupe de sabotage « Nous dormons peu »

Ville de Mexico, 2015

P.S. La banque était toute carbonisée, ce qui a donné une touche de noir a la quotidienneté de la ville.

anglais | grec

Hanhikivi, Finlande : Sabotage sur un site de construction nucléaire

nuclearsabotageDans la nuit du 8 juin, une machine (pelleteuse) a été sabotée sur le site de construction de la centrale nucléaire de Fennovoima. Les fils et les câbles etc ont été tranchés et les fenêtres cassées.

Les individus qui ont réalisé l’action du 8 juin ne représentent qu’eux et non pas une organisation ou un réseau d’activistes.

Le journal mainstream qui a parlé le premier de l’attaque (le journal Kaleva) a choisi de ne pas se concentrer sur les crimes auxquels répondait cette attaque, pour plutôt se focaliser sur la perte de fluide hydraulique dans une fosse de gravats dans la zone rasée qui était autrefois la forêt de Hanhikivi Cape, habitée par de nombreuses espèces en voie de disparition. Comme d’habitude, les méthodes choisies par les individus à la base de l’action ont été le centre de l’attention, et pas le projet massivement destructeur de la centrale nucléaire elle-même. Ce que les médias nomment “vandalisme” était un acte réfléchi de sabotage, un méthode qui a toujours eu un rôle important dans la lutte contre les systèmes d’exploitation oppressifs dans lesquels les intérêts des pouvoirs corporatifs passent toujours avant les besoins et l’existence de la population et de la nature locale.

L’écriture de nouvelles lois à mesure que le projet avance, pour donner à des entreprises comme Fennovoima le droit d’exproprier des terres par la force, démontre à quel point cela est loin d’un processus démocratique et aussi comment les lois sont faites pour servir les intérêts des entreprises et non pas des personnes. La construction d’une centrale nucléaire n’est jamais un processus démocratique, et les décisions concernant ce genre de systèmes énergétiques sont prises bien au-dessus des têtes des gens ordinaires.

Jusqu’ici, les canaux offerts par le soit-disant système démocratique n’a eu aucun effet sur le déroulement du projet et sur la préparation du site de construction pour le réacteur planifié. Emphase sur “planifié – l’autorisation de construction n’a pas encore abouti, et il manque au projet le pourcentage nécessaire d’investisseurs locaux pour être approuvé par l’Etat.

Ce moment est un point critique, où il faut montrer aux entreprises déjà impliquées et aux possibles investisseurs que cette route sera difficile à parcourir. Toutes les entreprises, grandes et petites – qui profitent de la destruction de Hanhikivi Cape et de la création d’un autre immédiat énorme problème nucléaire pour les générations futures et présentes – doivent sentir que ce n’est pas une bonne idée.

Ce n’est que le début.

En solidarité avec le campement de protestation de Hanhikivi Cape et avec les habitants qui résistent à leur expropriation forcée.

[Belgique] Rompons les rangs

Téléchargez ici l’affiche en format A2 en PDF

Tous en rang. C’est ainsi qu’ils nous veulent, du premier au dernier souffle. En rang dans les salles de classe, aux caisses des supermarchés, au boulot ; en file sur la route, devant les guichets de la bureaucratie, aux urnes… jusqu’à en arriver à la dernière rangée, celui des tombes au cimetière. Toute une existence traînée ainsi – les muscles ne se contractent que pour s’agenouiller, les cœurs ne désirent que la marchandise – dans la sécurité d’une taule.

Car c’est bien à des taules que ressemblent nos villes, où tout espace est reprogrammé pour être surveillé, contrôlé, patrouillé. Les habitants sont comme des détenus escortés par l’exploitation capitaliste et menottés par les obligations sociales, toujours sous l’œil de la vidéosurveillance ; tous avec la même illusion de s’évader en consommant les sensations finement calculées qu’émettent les écrans omniprésents.

Cette société carcérale promet le bien-être, mais ne maintient que les massacres, comme le démontrent les rêves naufragés de ceux qui tentent d’y entrer et les corps bombardés de ceux qui se soulèvent à ses portes. Qui prend la liberté de ne pas mendier et de frayer sa propre route, aura à faire à une armée de politiciens, magistrats, gendarmes et journalistes.

Si à Bruxelles une nouvelle maxi-prison est en construction, à Athènes on impose un régime spécial aux prisonniers combattants ; si à Paris on pose la première pierre du nouveau Palais de Justice, à Zurich et à Munich d’autres monstrueux Centres de Justice et de Police sont au menu ; si les pouvoirs se mettent d’accord au-delà des frontières pour appliquer des stratégies contre-insurrectionnelles, les laboratoires de recherche et l’industrie sécuritaire passent à une vitesse supérieure pour fabriquer la paix sociale. Et partout, de l’Espagne en passant par l’Italie et la Grèce, la répression s’abat sur quiconque est entaché du crime le plus intolérable : en finir avec l’obéissance et inciter les autres à en faire autant.

Les grandes œuvres de la répression ne rencontrent pas qu’applaudissements, silences, ou lamentations. Parfois elles se heurtent à une hostilité résolue. C’est le cas par exemple pour la plus grande prison belge en voie de construction, projet dont l’histoire est déjà parsemée d’actions directes contre tous ceux qui y collaborent, des institutions publiques aux entreprises privées. De la peinture aux pierres, des marteaux aux flammes, des destructions aux sabotages, un univers d’attaque déchire tout code pénal, tout calcul politique, toute complaisance avec l’État. Si les défenseurs de l’ordre veulent l’étouffer, c’est que cette soif de liberté peut devenir contagieuse. Partout.

L’être humain n’est pas né pour rester en rang, la tête basse, en attente d’un permis de vivre. Relever la tête, armer le bras et défier le pouvoir – c’est là que commence la vie, en faisant sauter tous les rangs.

L’affiche en anglais, italien, grec et allemand par Rompons les rangs

Mississauga, Canada : L’ALF met le feu aux camions de Harlan/HLS

Mississauga, Ontario, Canada – Tôt le matin du 7 juin 2015, le Front de Libération Animale a fiché des dispositifs incendiaires sous des camions appartenant aux Laboratoires Harlan. Harlan est une compagnie appartenant à Huntingdon Life Sciences. Ils sont responsables de l’approvisionnement des vivisecteurs en animaux destinés à la recherche et en nourriture pour animaux. Cette action a été menée afin d’éliminer les moyens de transport de cette société diabolique, de perturber la torture systématique et le meurtre d’animaux innocents, et de causer le plus de dégâts économiques possibles. Heureusement, les rapports des journaux nous disent que les dispositifs ont pris feu avec succès, dégradant un camion et en détruisant un autre entièrement. Notre seul regret est que les flammes ont été éteintes avant qu’elles n’aient eu la chance de se propager dans les bureaux d’Harlan. En solidarité avec celleux en lutte contre l’oppression des visons des fermes à fourrure de St Mary’s – A.L.F.

Note de Contra Info : Pas moins de 1600 visons ont été libérés de leurs cages dans la ferme à fourrure de Glenwood à St. Mary’s, Ontario, tard dans la journée du 30 mai.

Prisons chiliennes : Lettre de Tamara Sol

solibre21

Notre beauté est dans la vengeance, Sol Vergara de retour dans la rue !

Ces mots sont mes premiers mots publics à travers l’internet suite à la sentence de 7 ans et 61 jours prononcée contre moi pour tentative d’homicide et vol simple. De nombreuses personnes croient que Angry était mon partenaire, ou que j’ai eu une relation avec lui, chose que je démens totalement. C’était un compagnon précieux avec qui j’ai partagé un nombre infini d’idées et de ressentis. Il était anarchiste et nihiliste et je revendique la vengeance de son assassinat comme acte politique, car je croirai toujours que sa mort n’était pas un hasard. N’oublions pas que TVN a mis l’emphase sur cet acte comme « héroïque », et qu’il n’y aurait même pas eut d’assaut manqué.
Même si je n’ai pas tiré sur le même qui a appuyé sur la gâchette et rechargé son pistolet pour l’achever, l’acte est clair et le message aussi, gardiens : vous ne pouvez pas continuer à tuer nos sœurs et nos frères, ni à risquer vos vies pour un salaire de misère ni pour aucun montant! Demandez-vous ce que vous surveillez, qui sont vos patron.e.s, à qui appartient l’argent que vous protégez avec vos vies!

Je ne crois pas en la justice.

Les prisons et tout le système juridique sont faites par les gens riches, puissants, et uniquement pour préserver leurs propriétés et leur ordre social de mort. Les policier.e.s, les juges, les procureur.e.s, les gendarmes se prêtent à cela et deviennent donc sans aucun doute mes ennemis.

En tant qu’individu.e, il y a des choses que l’on ne peut laisser passer quand il s’agit de l’État et du pouvoir qu’il exerce sur chacun.e. L’emprisonnement, l’assassinat, le vol de nos vies au profit du bien être de quelques un.e.s, c’est du terrorisme d’État. Comme ce que vivent aujourd’hui Nataly Casanova, Guillermo Durán, Juan Flores et Enrique Guzmán, qui sans aucune preuve accréditant une quelconque participation dans les explosions à la bombe, sont mis.es en cause et incarcéré.e.s en tant que terroristes avec un spectacle médiatico-juridique, risquant des condamnations qui leurs couteront leurs vies ; tout comme l’assasinat du compagnon Angry, alors que le gardien-militaire-privé a été mis là le jour même de l’assaut pour tuer, il a été envoyé pour faire « ce travail » et il y a des gens derrière tout ça. Pourquoi la justice dégueulasse ne punit pas ce gardien?

Voilà ce qu’est la terreur d’État, lorsque la mort d’une personne est légitimée pour la protection de la propriété privée ; quand on emprisonne des pauvres pendant des dizaines d’années pour des actes qui sont incomparables à la dévastation de la terre depuis des siècles ; on ne peut comparer cela non plus à comment la dictature a implanté le néolibéralisme par la force en tuant, en torturant, en faisant disparaitre des gens. Ceux qui l’on fait ont des prénoms et des noms et vivent encore, travaillent encore, marchent dans les rues, comme le maudit Labbé, qui a été libéré sous caution de 500,000 misérables pesos. Je ne crois pas non plus qu’il devait aller en prison.

Mais alors…que se passe-t-il avec ces terroristes? Que se passe-t-il avec les Angelini et les Matte qui laissent tous les peuples du sud sans eau et sans forêt ?
C’est Bachelet, ou le Pouvoir Exécutif qui les maintiennent à travers leurs décrets et leurs lois qui les protègent et contribuent à les rendre toujours plus riches. Et aux dépens de qui ? De communautés entières qui ne peuvent semer à cause des sècheresses, obligées de travailler pour eux jusqu’à mourir à la tâche. Ça c’est du terrorisme !
Que les médias de communication manipulent les évènements et l’information, qu’ils mettent des programmes machistes dégueulasses dans lesquels les femmes sont des objets et les hommes sont des patrons ; en plus de faire appel aux citoyen.ne.s à collaborer avec la police dans la capture de gens pauvres, de voleur.euse.s, ou en lançant des programmes grossiers comme « 133 », les fameux « cazanoticias », transformant les voisin.e.s en policier.e.s, en tortionnaires ou en espion.e.s, alors que les politiciens-voleurs, comme avec le cas Cascadas, le cas Penta ou jusqu’au propre fils de la présidente Bachelet, ni un seul œuf ne leur a été lancé ; tou.te.s sont libres, sain.e.s et sauf.ve.s. Tous prennent part à l’oligarchie chilienne, à l’État et au pouvoir.

On ne peut, en tant qu’individu.e avec une volonté propre, naturaliser l’omnipotence de la loi qui les préserve et encore moins protéger leurs propriétés et leur argent. Les conduites sociales sont régies par les personnes mêmes. L’État est une structure mentale soutenue par la force publique, par la police $hillienne, par la gendarmerie et par qui reconnait leur travail comme nécessaire.

Nous n’avons pas besoin d’État ni de Gouvernement. L’effondrement de l’esclavage moderne, de la reprise en main de nos vies par l’assaut et le renversement de leurs privilèges est entre nos mains. Ne travaillons plus pour eux, ne reconnaissons pas d’autorités, puisque nous savons que la démocratie fait partie d’un show médiatico-mental afin de maintenir intactes leurs si précieuses richesses, sans que personne n’y touche ou les dérange. Leur paix sociale et leur ordre public traite de cela…de la peur qu’ils ont de tout perdre, parce que sans pauvre il n’y a pas de riche, sans État il n’y a pas de loi, sans patriarcat il n’y a pas d’autorité ni de domination. La liberté de vivre autonome est entre nos mains, sans maître ni patron, ni horaires. Nous valorisons notre volonté, nous sommes capables de nous éloigner du matérialisme, des marchandises, de la consommation ; redevenons sages, écoutons de nouveau les vieux et vieilles, les enfants. Laissons de côté les rôles binaires qui génèrent les dépendances et les hiérarchies dans les relations et soyons nous-mêmes sans préjugés. Nous n’avons besoin ni d’un père, ni d’un homme, ni d’un État qui nous protège, la créativité et la connaissance sont des capacités innées qui conforment notre être, nous pouvons nous auto-suffire avec ce que nous donne la terre, nous n’avons pas besoin de plus. Recommençons à sentir, à observer notre intérieur, reconnectons-nous avec la vie, avec la nature, en apprenant de nos ancêtres. La technologie et la science ne sont pas en notre faveur, elles appartiennent aussi aux riches. Monsanto en est l’exemple évident : en utilisant la biotechnologie pour transformer des semences et des plantations agricoles, en les rendant résistantes à un pesticide unique (cancérigène) qui leur appartient aussi, en prenant le contrôle absolu des plantations de fruits et de légumes, c’est-à-dire la base de notre alimentation.

Cela se produit également avec la sylviculture et les plantations de pins et d’eucalyptus, qui sont des matières importantes pour l’exportation et donc l’une des principales sources de richesse, la monoculture de ces espèces requiert un pesticide spécifique pour affronter les maladies, ayant déjà été transformées biochimiquement pour être résistantes à celles-ci, ainsi qu’à tout types de températures, demandant de plus grandes quantités d’eau qu’une forêt vierge, contaminant et stérilisant la terre.

Ils expérimentent avec nos corps en inventant des maladies et en nous vendant les antidotes a travers la mafia pharmaceutique et leurs collusions flagrantes.

Sans cesse séduits à travers la publicité (tromperie) a consommer certains aliments pour « la bonne santé » comme le lait (viols répétés), la viande (cadavres) ou les œufs, encourageant la marchandisation en masse de la viande animale, en centre de torture et de maladie pour ces êtres (comme Agrosuper, Superpollo ou quelconque abattoir).

L’oligarchie soutenue par l’État est le terroriste.

Nous comprenons que l’idée de consommer et de posséder est vide, que cela n’a rien a voir avec la vie et la sagesse de comprendre que nous sommes une part de l’univers et que nous ne pouvons pas continuer à être des participants de l’immense dommage que les puissants font à la planète sur laquelle nous vivons, tout est pour leurs privilèges. Si nous sommes conscient.e.s de cela nous pouvons les arrêter et récupérer notre autonomie, notre volonté individuelle, notre sensibilité, la fertilité de la terre et de nos corps, la joie de vivre sans misère affective ni sexuelle, jouissant du chaos des flux de relations libres et de la nature sauvage.

Sans regret, savoir qu’il y a encore des cœurs inquiets, rebelles et autonomes et que d’autres continuent de naître me réjouit, des êtres qui ne se laissent pas séduire par la marchandise du néolibéralisme et de la démocratie. Je vous porte toujours dans mon esprit et dans mon cœur. D’ici je vous serre fortement dans mes bras, sachez que vos actes nous rendent plus fort.e.s et illuminent les journées.

La solidarité dans toutes ses formes nous maintient de pied ferme, pour cela je salue les jeunes de Villa Francia et les compagnon.ne.s toujours prêt.e.s à la confrontation à coups de poing et coups de pieds contre la police à chaque audience de ce procès judiciaire dégueulasse, dont plusieurs ont finis matraqué.e.s ou prisonnier.e.s. Sachez que vous êtes de valeureux.ses guerrier.e.s. Je remercie mes frères et sœurs qui n’ont jamais arrêté de venir me visiter et de me cuisiner des bons plats. Je vous aime beaucoup et vous me manquez.

Tout mon respect à l’équipe de défense juridique. L’outil que vous avez choisi d’utiliser sort les compagnon.ne.s de prison.  Ce sont des actions concrètes dans la confrontation des forces…une arme. Salutations affectueuses et solidaires à Freddy, Marcelo, Juan, Carlos, Hans, Alfredo, Alejandro et Nicolas, séquestrés dans les cages de l’État Chilien. Affection complice à la Tato et à Javier, force à Natalia, Juan et Guillermo, alors qu’ils et elles en sont à 45 jours en grève de la faim liquide, force à Enrique Guzman; tout mon appui dans cette dure bataille.

Solidarité et respect aux gens de la terre dans le Wallamapu !
Solidarité avec les prisonniers à travers le monde !
Contre la société patriarcale techno-industrielle !
Contre l’État, l’oligarchie et toute forme de domination !
Pour la destruction de toutes les cages !
Coeur, volonté, mémoire, intuition et instinct! Confiance en soi !

Ana, Luisa, Manuel, Alen, je vous aime infiniment.
SOL MALEN
PRISONNIÈRE NIHILISTE
INCARCÉRÉE DANS LE MODULE 2 DE LA PRISON SAN MIGUEL

Bruxelles : Rassemblement solidaire avec la lutte contre la maxi prison

Le tract en PDF ici

Dimanche 14 juin à 13h – Métro Clemenceau, Anderlecht
Solidaires avec la lutte contre la maxi-prison et tous ceux et celles qui se battent contre le pouvoir

Parce que le combat contre la construction d’une maxi prison dans cette ville qui court vers toujours plus de contrôle et de répression, est une lutte auto-organisée et autonome. Elle sort du cadre légal imposé pour s’attaquer directement à ceux qui veulent la construire et à leur logique. Par la parole et l’action directe, par le sabotage et la manif sauvage, à beaucoup et à quelques uns, de jour comme de nuit.

Parce qu’on soit à l’office des étrangers, dans les bureaux de l’ONEM, à l’école, au boulot, en taule ou psychiatrisé, il est assez clair que nos vies nous sont volées et que le conflit est inévitable si nous désirons reprendre nos vies en main.

Parce que si la police antiterroriste a fait des perquisitions dans quatre maisons de compagnonnes et au Passage, point de coordination dans la lutte contre la maxi prison ce mercredi dernier, c’est pour semer la peur et freiner ces combats – mais il est hors de question que nous retournions à la maison : nous ne baisserons pas les bras.

Parce que la meilleure défense c’est l’attaque, face à la volonté du pouvoir de faire de la ville une prison à ciel ouvert, c’est en semant le trouble dans leurs moyens de nous contrôler que nous continuerons d’agir.

Parce que face aux horreurs du pouvoir, aux massacres qu’il commet, à l’exploitation sur laquelle il repose et à l’enfermement auquel il condamne toujours plus de gens, affirmons la joie de lutter librement, la fierté des idées qui s’opposent
à leur monde et la solidarité entre ceux et celles qui chérissent toujours le rêve d’un monde débarrassé du pouvoir.

(PS : Journaliste ? Politicien ? Reste chez toi !)

Ce samedi 13 juin à 17h : Point d’info au Passage

Suite aux perquisitions ciblant une approche autonome, auto-organisée et basée sur l’action directe pour empêcher la construction d’une maxi-prison, un Point d’info est prévu ce samedi 13 juin à 17h au Passage (rue Rossini 11 à Anderlecht).

Une occasion pour en discuter, partager les infos et réfléchir à des initiatives afin de continuer la lutte contre la construction de la maxi-prison, ainsi que de soutenir tout ceux et toutes celles qui cherchent à lutter sur différents terrains mais toujours de façon autonome et auto-organisée contre ce qui nous opprime.

La maxi-prison ne sera pas construite sur notre résignation !

11 juin : Transitions… la lutte n’est pas finie!

Tout est génial! Nique la police « FTP : Fuck the police » June11.org

Traduction non littérale du texte en vue de la Journée internationale de solidarité avec les prisonnier-ères anarchistes à longe terme, incluant Marius Mason et Eric McDavid. Des passages ont été coupés exclusivement pour fins de diffusion plus « grand public »…

Brochure « Du féminisme illustré »

Les éditions Blast & Meor viennent de publier la brochure « Du féminisme illustré » (44 pages, mai 2015).

La première partie est constituée de l’article « Le Féminisme illustré ou Le Complexe de Diane » paru dans le journal « Le Fléau social » en 1974.
Il est suivi d’un long entretien avec Constance Chatterley (qui signe l’article), réalisé en janvier 2015 à Paris.

C’est le prétexte pour revenir de manière forcément critique sur 40 années d’évolution de la société française et du capitalisme. On y aborde plus ou moins dans le désordre : féminisme, homosexualité, militantisme, communauté et identité, sexe et genre, domination et exploitation, lutte de classe, révolution, communisme et, finalement, cinéma (on a gardé le meilleur pour la fin).

On trouve cette brochure dans les meilleures librairies (surtout à Paris).

On peut télécharger cette brochure gratuitement en PDF sur le blog des éditions Blast & Meor :

http://blastemeor.noblogs.org

On peut aussi nous commander la brochure en « version papier » par correspondance en écrivant à notre adresse :

Blast & Meor,
6 rue Charlotte et Roger Bouchard,
94370 Sucy-en-Brie

Nous avons décidé que cette brochure serait diffusée à “prix libre” (ce qui n’est pas le cas de la Poste et des frais de port). Les chèques sont acceptés (libellés à l’ordre de PRICE).

Bristol, Royaume-Uni : Charlotte Leslie reçoit une visite à domicile

1 mai 2015 : Ordure de conservatrice

Devons-nous vraiment donner une raison pour expliquer pourquoi nous avons choisi de nous en prendre à la propriété d’une conseillère conservatrice ? Jetez un oeil sur les cinq dernières années du règne conservateur et les attaques sauvages et permanentes contre nos vies et vous en trouverez suffisamment. Charlotte Leslie, en bonne santé et sur-privilégiée, représente tout ce que nous détestons. Avec des amis bien placés et un gros budget d’affaires pour acheter tout le pouvoir et l’influence dont elle a besoin, elle fait sans vergogne tout ce qu’elle peut pour rendre la vie encore plus facile aux riches et encore plus difficile pour le reste d’entre nous.

Nous avons donc pensé que nous allions partager un peu de ce stress qu’elle nous impose et rendre la vie de cette championne des riches un peu plus difficile. Une maison à Easter Compton ? Ravissant ! Quatre voitures pour une famille ? Cela fera très bien l’affaire !

Démarcher des voitures était notre canevas tandis que nous rayons et tagguions “ordure de conservatrice, affamée de médias” et un gros A cerclé pour contribuer à sa campagne électorale imbue d’elle-même. Les pneus ont été crevés pour faire faire une pause dans la course plus loin vers la droite. La suite a été de percer la réserve de fuel à usage domestique et de répandre de l’huile sur son jardin bien entretenu. Parce que l’exploitation du gaz de schiste est une sale affaire et que celles et ceux qui soutiennent une telle industrie devraient repenser à ses conséquences écologiques. Et aussi parce que les gens ne devraient pas être obligé-e-s par les politiques de pauvreté du gouvernement de devoir choisir entre pouvoir se chauffer ou la nourriture.

Les gens comme Charlotte Leslie dénoncent un outrage moral du fait d’un tel “vandalisme” et dénoncent que le fait d’attaquer sa maison est injuste. Mais comparez les dégâts provoqués par cette action avec l’étendue des dégâts que provoquent chaque jour ces politicien-ne-s véreux et menteurs dans la vie et la maison des gens. Vous verrez qu’il n’y a aucune comparaison possible. La chose réellement choquante, c’est que des actions comme celle-ci ne se produisent pas plus souvent…

La dame de fer que l’Opération Rhone n’a pas pu protéger, le soutien duquel ils auraient dû prendre soin. Sont-ils sérieux ? Ou une vaste blague ? Ils doivent essayer plus fort. Ceci était sûrement trop près pour que ce soit confortable. Où sera-ce donc la prochaine fois ?

Les enfants de Thatcher

[Suisse] Pour l’autodétermination de nos vies – à bas les papiers et les autorités

pdf en français et allemand

Montevideo, Uruguay : Attaque incendiaire à la Chambre de la Construction d’Uruguay

demolir

Dans la matinée du 1er mai, nous avons réalisé une attaque incendiaire contre la Chambre de la Construction d’Uruguay (CCU). Si les dégâts ont été moins importants que ce que nous avions espéré, nous nous satisfaisons de voir que l’attaque a été efficace. Cependant, le pouvoir, une fois de plus, s’en est tenu au silence. Ce n’est pas la première fois que cela arrive et nous sommes convaincu-e-s que cela est évidemment intentionnel.

Etant donné cette situation, nous avons décidé de rendre notre attaque publique, et nous appelons tous les compagnons de la région à faire de même pour réveiller la contagion de l’insurrection.

Nous sommes confiant-e-s du fait que les raisons de notre attaque n’ont pas besoin d’être explicitée, mais au cas où, voilà les fondamentaux : la chambre de la construction est la corporation qui est le centre des grandes entreprises de l’industrie de la construction, l’une des principales industries de la région et principal cheval de bataille du développement urbain. On peut dire que les entreprises liées à cette industrie sont grandement exploitrices, autant de personnes que de territoires, de sorte que n’importe quelle attaque contre cette industrie ou ses promoteurs est un coup porté au système de domination capitaliste.

Pour l’insurrection permanente et l’anarchie !

Celulle Insurrectionnelle Haymarket

en grec

Etat espagnol : Lettre de Pol, anarchiste prisonnier de l’Opération Piñata

contracarcel

La lutte contre les prisons est la lutte pour la liberté

Salut compagnons, compagnonnes et affinités.

Je voudrais transmettre quelques mots vers l’extérieur en tant qu’anarchiste et en estimant valides les multiples postures et visions que l’anarchisme peut adopter, celles-ci étant toutes de validité égale lorsqu’elles cherchent la destruction du pouvoir, de l’autorité et de l’Etat. Je crois qu’en cela réside la beauté de nos idées et, selon moi, toutes ces voies peuvent cohabiter et confluer de façon conjointe en vue de cette libération totale tellement désirée.

Je veux exprimer ma haine, ma répulsion et mon mépris pour tout ce qui englobe l’Etat, le pouvoir, l’autorité, et en particulier l’outil d’annihiliation appelé prison, dont l’un des principaux représentants utilisés est l’isolement.

J’ai toujours soutenu l’idée que les anarchistes devaient se préparer et assumer le fait qu’à n’importe quel moment peut arriver le jour de passer en prison et, selon moi, il s’agit de simple logique puisque si l’on veut détruire l’Etat, celui-ci essayera de faire en sorte de te faire enfermer pour t’annuler, te paralyser et te détruire. Mais malgré tout cela, ils n’y parviendront pas. Cependant, si ça ne t’arrive jamais, pour telle ou telle raison, ça vaut mieux pour tout le monde.

Je voudrais dire que je suis dans une bonne forme physique et mentale. Je continue de penser comme avant d’entrer et, si cela était possible, je me sens plus ferme dans mes idées, la tête bien haute et fier de ce que nous sommes. Je suis comme je me comporte et me relationne dans la théorie et la praxis, et toujors avec autocritique, afin de pouvoir continuer de grandir, car nous ne cessons jamais d’apprendre. Et avec ce que je viens d’exprimer, je ne me sens ni meilleur ni pire que personne

Je veux transmettre force et courage aux compagnons, compagnonnes et affinités et vous dire avec toute la force et toute la rage que j’ai que la lutte est le seul chemin. A travers ces coups, la répression cherche à ce que le milieu anarchiste et affinités prenne peur et se paralyse et s’en tienne à ne faire qu’un travail d’assistance de ceux qui ont été pris. Ne permettez pas que cela se produise et restez fermes dans vos projets, et ne doutez pas de continuer à dire ce que vous êtes et ce que vous pensez.

Jusqu’à parvenir à la véritable libération totale ! Que la solidarité ne soit pas que parole écrite !

MORT A L’ETAT ET VIVE L’ANARCHIE !

Du Centre Pénitentiaire de Soto del Real, printemps 2015

envoyé initialement en espagnol par Contramadriz | italien

Pologne/Partout : Journées anti-FRONTEX du 19 au 22 mai 2015

plakat-migracja-web

Cliquer sur l’image pour lire et diffuser l’appel dans plusieurs langues.

Depuis plusieurs années, des journées anti-Frontex sont organisées à Varsovie; il est temps de leur donner un nouveau souffle et de renforcer d’autres voix de protestations. Ainsi, ensemble, nous, migrants et soutiens, vous invitons pour les journées anti-FRONTEX qui auront lieu à Varsovie du 19 au 22 mai 2015. Nous vous attendons pour des réunions, projections, manifestations et le festival associé, ‘Activist Days Off’.

Nous invitons les groupes qui le souhaitent à participer activement à l’organisation de l’évènement. Nous sommes un petit collectif de Varsovie, au sein duquel nous voulons travailler avec vous pour déconstruire nos privilèges et démolir les frontières qui nous sont imposées. Alors que les cercles de migrants en Europe s’unissent pour résister et que la répression se renforce, nous ne pouvons pas rester passifs. Unissons nous contre le fascisme étatique institutionnel – au nom d’une solidarité transnationale réelle et mise en pratique !

Venez à Varsovie, 19- 22 Mai! Créons un front commun fort face à Frontex !

Journées anti-FRONTEX partout !

Pour celles et ceux qui ne peuvent pas venir à Varsovie entre le 19 et le 22 mai, nous proposons des journées décentralisées contre FRONTEX ! Faisons-nous entendre et voir partout lors de ces journées ! Vous savez mieux que quiconque ce qui est le plus utile dans votre contexte local et où ça fait le plus mal !

A bas les frontières ! Vive la solidarité active !

Pour plus d’informations, allez jeter un oeil sur : migracja.noblogs.org
Contact : antyfrontex@riseup.net

en anglais

Karlsruhe, Allemagne : Attaque d’un poste de police en solidarité avec les antifascistes

nazis n cap

Dans la nuit de dimanche à lundi 4 mai 2015, nous avons rendu visite au commissariat de police et laissé de la peinture et des slogans.

Depuis deux mois, 1000 flics enragés se battent lors de la marche néo-nazie de Pegida à travers Karlsruhe. Les flics utilisent tous les moyens pour dégager la rue aux fascistes. Plusieurs antifascistes ont fini à l’hôpital, d’innombrables personnes ont été blessées par les gaz lacrymo, des coups de pied et coups de poing, les blocages ont été attaqués et expulsés avec une énorme violence. Même les retraités et les enfants ont été touchés à plusieurs reprises. En outre, plus de 50 procédures d’enquête ont été engagées contre les antifascistes.

Quand la ville et les flics pensent devoir faire champ libre aux nazis en toutes circonstances, alors le prix à payer augmentera.

N’endurons plus cela ! Chassons Pegida hors de la ville le 12 mai prochain !

en italien

Melbourne, Australie : Graffiti & tracts pour les compagnon-ne-s au Chili

Liberté et solidarité avec les prisonnier-e-s Chilien-ne-s en grève de la faim Nataly Casanova, Juan Flores et Guillermo Duran

Victoire pour les anarchistes en grève de la faim au Chili

11 mai 2015 : Action de graffiti et de tracts dans les faubourgs de Melbourne pour les compagnon-ne-s anarchistes endurant la répression dans les donjons de l’Etat chilien. Des slogans ont été peints pour Nataly, Juan et Guillermo – en grève de la faim depuis le 13-14 avril – et pour Tamara Sol Vergara et Natalia Tato Collado. Des tracts ont été collés à propos du cas de Tamara Sol Vergara et la grève de la faim de Nataly, Juan et Guillermo.

Cellule de Tag et Propagande Subversive

espagnol | grec | italien

Publication : Petite histoire de la George Jackson Brigade

L’histoire de la George Jackson Brigade, groupe armé révolutionnaire et anti-autoritaire, est une histoire belle et sulfureuse, un récit de courage et de détermination méconnu et passionnant. Mais il ne serait pas intéressant d’en livrer un tableau hagiographique parfait, qui sonnerait bien faux. Dans cette Petite histoire de la George Jackson Brigade, nous explorerons l’histoire de ce groupe armé qui a opéré dans la région de Seattle au milieu des années 70, contre le système carcéral d’abord, mais aussi contre le capitalisme et la domination en général. Nous en profiterons également, à travers les parcours atypiques de ses membres, pour explorer quelques expériences rares de gangs de prisonniers homosexuels et transgenres, composés d’anarchistes et autres rebelles contre le sexisme, l’homophobie, les pratiques et la culture du viol et de l’esclavage sexuel dans le milieu carcéral, ainsi que contre toutes les prisons.

84 pages – format 11,8 cm x 17,5 cm
4€ (3€ à partir de 5 ex.).
Frais de port : 2€ pour un ex. + 1€ par ex. supplémentaire

Plus d’informations sur le site de Ravage Editions

Saint-Affrique : Programme du mois de mai de l’Amassada

cropped-Amassada-Cool11Samedi dernier, Robert Citton est venu nous expliquer les détails de la zone industrielle de l’électricité que RTE a commencé à installer dans notre région. Nous publierons son intervention prochainement sur le site. Dans le cadre de ce cycle de discussions, nous vous proposons un nouvel exposé ce samedi 9 mai à partir de 14h30, toujours a l’Amassada. Cette fois-ci il sera question de déconstruire la « transition énergétique », de démonter ses rouages et ses dispositifs afin de mieux comprendre ce qui se cache sous cette expression.

AGENDA du mois de MAI:

Les travaux reprennent !!!
Vous pouvez, à partir de ce samedi, ramener du matériel, des outils et vos idées pour l’aménagement extérieur de l’Amassada.

Samedi 9 mai :
10h00 : Stand de crêpes place de la Mairie sur le marché de Saint-Affrique.
14h30 : Seconde partie du cycle de formation populaire : « déconstruire la transition énergétique ». 16h30 : Préparation de la fête du vent.

Samedi 16 mai :
14h00 : GRANDE ASSEMBLÉE à l’Amassada : suite de la lutte cet été, fête du vent, autres événements en France…

Vendredi 22 mai :
Hacène Belmessous présente son livre « Le grand pari du séparatisme social » au bar Lieu-dit à Saint-Affrique. Dans son ouvrage, il pose la question de la lutte contre l’aménagement du territoire, en s’appuyant sur des références comme les ZAD ou le Larzac.

Mercredi 27 mai :
Nous vous invitons toutes et tous à la construction d’un bar, d’un barbecue et d’un four à pizza suivi d’un apéritif, d’un repas et d’un concert (plus d’infos bientôt).

Samedi 30 et dimanche 31 mai :
L’Amassada sera présente à la Salvetat-sur-Agout (34) pour les secondes rencontres sur l’autonomie énergétique.

douze.noblogs.org

Italie : Notes en marge de la manifestation No Expo du 1er mai à Milan

L’un des rédacteurs du projet éditorial de Crocenera, Lello Valitutti, s’est retrouvé isolé du reste des compagnon-ne-s sur la fin de la manifestation No Expo du 1er mai en queue de manifestation. Lello estime important de faire savoir qu’à cette occasion, deux flics en civil se sont approchés de lui, l’ont frappé à la tête et proféré des menaces de mort (… “On sait qui tu es”, “on viendra te chercher chez toi”, “on te fera sauter le cerveau”, etc, etc…) et ont invité les policiers en uniforme présents à l’arrêter… ce qui n’est pas arrivé, car Lello se déplace sur un encombrant fauteuil roulan électrique, chose qui, comme on peut l’imaginer, en plus des difficultés logistiques pour effectuer une telle arrestation, provoquerait aussi quelques dégâts à l’image des défenseurs zélés de l’ordre.

Lello, au cours de ses innombrables années de lutte anarchiste, ne s’est jamais fait intimider par des provocations et malversations (à partir du lointain 1969 à Milan, dans les grèves de la faim et les incarcérations subies en Italie pour sa participation à Azione Rivoluzionaria, sans compter d’innombrables interpellations et arrestations dans des expériences de lutte en Amérique Latine), et ce ne seront pas deux gardes en civil qui l’arrêteront maintenant.

Loin d’un quelconque victimisme, il nous semble toutefois important de faire circuler ces nouvelles et nous invitons celles et ceux qui en ont connaissance, ou de choses similaires, de nous les envoyer ou, en tout cas, de les faire circuler… avec des photos… Parce qu’il est préférable de mémoriser tout de suite les visages de ces merdes.

Croce Nera Anarchica, 3 mai 2015

crocenera.org
croceneranarchica@autistici.org

en espagnol

Milan : Un peu de possible, ou nous suffoquerons

111 311 011 7 8 61

Milan, manifestation no-expo du 1er mai 2015

Bienvenus dans le désert du réel… ou plutôt, bienvenus dans la désertique réalité que nous vivons chaque jour. Autour de l’Europe il y a quelques temps, et hier à Milan, nous vous avons fait goûter un peu de la dévastation avec laquelle la plus grande partie d’entre nous est contrainte de vivre chaque jour. Nous vous avons fait voir un peu de cette rage que beaucoup d’entre vous couvez probablement aussi sous la couverture d’une vie de misère. Nous vous avons claqué en pleine gueule cette guerre dans laquelle nous sommes engagés chaque jour dans nos quartiers et dans les villes dans lesquelles nous vivons. Cette guerre que vous vous obstinez à ne pas vouloir voir, cette guerre cachée sous les voiles médiatiques de la paix occidentale, uniquement menacée, selon ce qu’on nous dit, par les cataclysmes et les soit-disant terrorismes…

Et nous entendrons de nouveau le choeur de l’indignation civique : la violence des antagonistes, la folie aveugle des dévastateurs. Mais pouvez-vous vraiment être abrutis à ce point ? Arrêtez-vous une seconde, et essayez de regarder avec plus d’attention tout ce que la presse et la télévision ont produit ces jours-ci… puis descendez dans la rue, et confrontez-le à ce que voient vos yeux, ce qu’entendent vos oreilles et ce que vous disent vos tripes, avec la peur que vous avez de tout perdre, avec cette envie de faire vos affaires qui vous guide parce que vous vous sentez réduits à l’impuissance et que vous pensez que quoi que vous fassiez, tout restera comme avant. Essayez de vous mettre en jeu et à l’écoute, et peut-être réussirez-vous à comprendre…

Vous réussirez à comprendre que vous vivez véritablement une vie de merde. Et que vous dites très souvent qu’il n’y a rien à faire. Mais il n’y a que les cadavres qui parlent comme ça. Et peut-être, vu qu’il n’y a que de la mort autour de vous, que vous parlez vraiment comme des vieux sur le point de mourir. Et c’est le pays de merde dans lequel vous vivez, un pays de vieux. Vieux dans l’esprit, vieux dans les os. Par ici, les “jeunes politisés” sont plus vieux que les vieux, et la politique est la plus vieille habitude de toujours. Voilà pourquoi nous ne nous étonnerons pas en entendant, une fois de plus, les litanies du “mouvement” : on dira que des journées comme celle-ci peuvent le diviser, le “mouvement”, que les émeutes comme fin en soi ne sont pas valorisables sur un plan politique, et que les objectifs frappés étaient hasardeux et que “je comprends pour la banque, mais il ne fallait pas toucher les voitures”… Ceux qui utilisent ces arguments comme critique devraient peut-être commencer à vraiment se demander ce que signifient des journées comme celles-ci.

Commençons par le “mouvement”… cette chose étrange qui relie l’impolitique du peuple avec le politique de l’Etat. Cette maladie très italienne qui saborde souvent et a sabordé la poussée révolutionnaire. Et nous réentendrons peut-être aussi ses théoriciens s’aventurer dans de complexes analyses politiques, parler de 1977, de l’autonomie, diffuse, ouvrière et conneries diverses et variées. Vous êtes-vous jamais demandé pourquoi la fille de l’un des pires partis communistes d’Europe a pu échouer aussi misérablement ? Pourquoi la grande poussée révolutionnaire des années 1970 s’est fragmentée en tant de sigles et de sous-sigles, nous laissant en héritage autant de théories et trop de résignation ? Voilà, cette “internationale” de compagnons et compagnonnes qui luttent au quotidien sur les territoires, qui se rencontrent ici et là en Europe et sur les barricades, veut justement se débarrasser de tout ce marasme politique. Et nous espérons donc que la journée de Milan fasse également taire toutes ces embrouilles qui, tant qu’elles restent sur des questions de principe et qu’elles ne se mesurent pas à la lutte dans la rue, à la respiration du compagnon et de la compagnonne qui est à tes côtés et prend des risques avec toi, font le jeu de tous ces politiquards qui se cachent plus ou moins derrière leurs identités préfabriquées.

Et ainsi, tous ceux qui étaient dehors à Milan, déterminés à embellir un environnement urbain dégradé et prêts à affronter la police (qu’ils soient autonomes ou anarchistes) devraient avoir compris d’être en ce moment la seule force réelle, radicale et de rupture dans ce pays de fascistes, de balances, de délateurs et de démocrates-chrétiens. Et nous ne parlons pas des aires, qui resteront toujours séparées, mais des compagnons et des compagnonnes qui, pour l’énième fois, se sont retrouvés ensemble dans les rues. Et les relations, qui sont tout dans cette “internationale”, condensent des années et des années de luttes communes. Des luttes dans lesquelles c’est la vie qui est mise en jeu, des luttes qui combattent ce capitalisme qui a dévasté et pillé la planète et ses habitants humains et non-humains.

Et donc, ce qui est arrivé hier à Milan était vraiment la seule option possible. Face aux courbettes des habituelles figures connues, face à la peur des habituels petits groupes et face à la retentissante et évidente arnaque que représente l’Expo, il ne pouvait en être autrement. Au contraire, cela ne pouvait pas ne pas être fait. Il serait malhonnête de dire qu’il ne nous plait pas de sévir contre un monde de verre et d’acier, mais cette fois, l’occasion requérait véritablement un beau déchaînement destructif. Et à ceux qui chercheront à donner une signification politique à la manifestation, nous répondrons par un ricanement. En vérité, des journées comme celle-ci ne peuvent être capitalisées politiquement, elles n’expriment pas la rage des précaires ou de la plèbe (ou de quelque façon qu’on souhaite l’appeler), elles n’exhibent aucune puissance, elles ne produisent pas et ne viennent pas d’un sujet politique précis. Pour nous, des journées comme celles-ci expriment seulement un possible, elles sont, pour celles et ceux qui mènent tous les jours et sous diverses formes une guerre souterraine contre le capitalisme, une bouchée d’air frais.

Et à ceux qui viendront nous parler des raisons de la protestation contre l’Expo, nous ne disons qu’une seule chose : en ce qui nous concerne, l’Expo, nous n’en avons pas grand chose à foutre, pour ne pas dire rien. Nous devrions vraiment nous intéresser à une fanfaronnade aussi énorme ? Une exposition universelle de rien, qui parle de faim dans le monde, de capitalisme vert au visage humain ? Le cortège No Expo était une occasion, il y en aura une autre demain. Mais seulement si nous savons ou que nous tentons de réessayer le tour de magie. Parce que c’est vrai, même avec toute l’organisation du monde, il y a trop de variantes impossibles à prévoir et ce n’est qu’ensemble, tous et toutes ensemble, que l’on peut tenter, à chaque fois, l’impossible. Cette alchimie magique de courage, de détermination et, pourquoi pas, d’inconscience qui nous fait nous sentir en vie. A Milan, exactement comme on pouvait le lire sur les murs de Rome le 15 octobre 2011, “nous avons vécu”.

Et ainsi, Milan est égale à Francfort, à la vallée de Susa ou à la ZAD, ses rues sont celles de Barcelone comme celles d’Athènes ou d’Istanbul. Et les riot anglaises, de Baltimore, de Stockholm, de la méditerranée résonnent comme les mélodies d’une même musique. Une musique qui dit sans détours que vous nous avez fait chier. Que nous n’arrêterons pas de déranger vos rêves pleins de cauchemars, de saboter vos misérables vies pleines de sécurités on ne peut plus fragiles, de renverser vos peurs de citoyen actif. Nous sommes nombreux et nombreuses, et il est peut-être temps de commencer à comprendre de quel côté être.

Et peu de choses en ce monde nous font autant rire que la scène de tous ces citoyens milanais qui descendent dans la rue pour nettoyer, ou comme cette fille qui se fait un selfie devant une voiture brûlée… mais chaque époque a son ridicule, et voilà le nôtre…

Au final, vous avez voulu faire votre fête ? Votre belle inauguration ? Et bien… nous aussi.
Face à tous ceux qui se remplissent la bouche de démocratie, d’infiltrés et de violence. Et il ne sert ici à rien de rentrer dans le détail. Vous croyez encore qu’il y a des infiltrés ? Vous croyez encore qu’il peut suffire à ce monde d’être simplement réparé ? La démocratie, c’est ça, et tôt ou tard vous y suffoquerez.
Et ceux qui croient qu’il en existe une meilleure sont d’encore plus grands rêveurs que ceux qui préfèrent l’insurrection.

On se verra sur les prochaines barricades…
211

en espagnol

Sud de l’Italie : Un tract distribué début avril

[13 avril]

Un révolutionnaire sincère ressent le besoin de traduire ses actions en actes. Attaquer l’Etat, en détruire les appareils, railler ses gardes et ses défenseurs est la praxis quotidienne de quiconque porte la liberté dans son coeur et hait profondément l’oppression.

Depuis qu’ils existent, sous quelque forme que ce soit, les tuteurs de l’ordre constitué se sont toujours dévoués à répondre (ou à prévenir) et réprimer par la force et la férocité tout expression de rébellion ou d’attaque contre cet existant morose.
Il arrive donc que des expressions de révolte comme celles de Gênes et de Rome, l’attaque de ceux qui développent le nucléaire, l’attaque d’une banque ou n’importe quel symbole et émanation du capitalisme qui nous enchaîne, peuvent, ou malheureusement sont, sanctionnées par la prison.
Il arrive que la rédaction et la distribution d’un tract soient l’objet de l’attention des chiens de garde en uniforme qui, reniflant l’odeur de la rébellion, aboieront effrayés par un parfum trop fort pour leurs narines habituée à la puanteur de merde de leurs maîtres.
Il arrive que celles et ceux qui positionnent en défense de la terre contre les logiques du profit et de la militarisation qui dévastent les territoires par des monstruosités aux noms divers, trains à grande vitesse, MUOS, pelleteuses, TAP et mille autres encore, sabotent les lignes ferroviaires du pays, découpent les grilles et attaquent les chantiers en se riant de l’Etat.

Cependant, les éclats de rire n’arrivent pas qu’à nos oreilles, nous réchauffant au moins un peu le coeur :ils arrivent aussi à celles des sales défenseurs de la normalité et de la tristesse que l’on prodigue de mille façons pour limiter notre liberté. Il est arrivé, donc, que les compagnons qui ont attaqué les projets de grande vitesse ont été arrêtés, que ceux qui ont essayé de stopper l’absurde monstruosité du MUOS ont été éloignés des lieux afin qu’ils ne puissent plus s’en prendre à cette répugnante structure, ou que tous ceux qui ont osé se rebeller contre cet existant, tous ceux qui l’ont attaqué, ont été l’objet de l’attention de l’Etat qui ne manque pas de faire sentir sa présence à travers des restrictions de liberté variées, qui se concrétisent en obligations d’aller signer ou de fantomatique associations de délinquants, des interdictions de territoire ou d’interminables périodes d’incarcération préventie pour trancher les ailes des révolutionnaires.

Par chance, pourtant, les coeurs des révolutionnaires sincères brûlent d’une flamme trop forte pour être éteinte par le terrible vent de la répression. Au fond, celles et ceux qui sentent que se rebeller contre ce monde et en rêvent un autre, différent, où nous vivrions libres en admirant la beauté, savent déjà devoir rencontrer la terrible résistance de ceux qui aiment l’ordre, et qu’il faudra affronter : la survie de l’un implique inévitablement l’annihilation de l’autre.
Que les coeurs chauds des révolutionnaires sincères fassent fondre la morsure gelée de l’Etat.

Pour la Liberté, pour l’Anarchie.

Quelques anarchistes

Santiago : Le siège des Jeunesses Communistes repeint en solidarité avec Juan, Nataly, Guillermo et Enrique

Le matin du 3 mai, nous avons fait plaisir aux Jeunesses Communistes en ravalant la façade de leur siège, situé au 9059 rue San Pablo, à Pudahuel, avec de la peinture et en faisant disparaître quelques vitres à coups de pierres.

Ces ordures, qui ont largement recherché la conciliation démocratique en frayant avec le pouvoir et son appareil policier, se sont dédié-e-s via la presse à menacer les anarchistes par des demandes légalistes lorsqu’ont eu lieu les affrontements d’il y a un an. Il semble que certain-e-s aient oublié ce qu’il s’est passé, mais pour notre part le temps qui a couru n’a rien changé, et cette attaque est le reflet ficèle de cela, et nous irons plus loin…

Nous avons revendiqué cette action avec des tracts en solidarité avec les compagnon-ne-s Juan Flores, Nataly Casanova et Guillermo Durán (en grève de la faim depuis 20 jours) et avec Enrique Guzmán, qui se sont toujours déclaré-e-s contre toute forme de pouvoir et d’autorité.
Sachez que nous suivons votre situation et que nous n’aurons pas de repos jusqu’à ce que le pouvoir cesse son harcèlement.

Il n’y a de temps ni pour les excuses, ni pour les pauses.

Solidarité en offensive avec les prisonnier-e-s en grève de la faim.

fuego-a-las-juventudes-comunistas-1024x682 enfrentamiento-macha-CUT1 1

(photos des affrontements du 1er mai 2014)

grec | italien

Chili : Chronique de la manifestation anticarcérale du 17 avril à Santiago

Face à la société carcérale : ni silence, ni oubli, seulement la lutte ! / Jusqu’à l’ouverture de la dernière des cages / Coordination anticarcérale La Fuga

Sol de nouveau dans les rues ! / Tamara Sol : nous te voulons libre et dans la rue

Sans douter ni baisser la tête, que le conflit soit l’existence

Quelques compagnon-ne-s révolutionnaires enfermé-e-s dans les prisons du pouvoir ont lancé ensemble un communiqué/appel, dans lequel il est clairement dit de laisser voler l’imagination et d’agir de la façon qu’il nous plaît, dans une perspective de confrontation claire contre toute forme d’autorité entre le 10 et le 20 avril.

Diverses initiatives ont été organisées dans cette région : propagande, activités et action, et l’un des principaux rendez-vous était, selon nous, la manifestation appelée par la Coordination Anticarcérale La Fuga, qui a fait un appel ouvert à une marche en plein centre de Santiago pour le 17 avril, jour lors duquel se commémore le « Jour international du/de la prisonnier-e politique », en plus plus de répondre à l’appel à la mobilisation réalisé par les prisonnier-e-s subversif-ve-s.

La manifestation était programmée à 19 heures. Les compagnon-ne-s arrivent petit à petit au point de rendez-vous, au croisement de Ahumada et Alameda, et autour de 19h30 les compagnon-ne-s de la coordination lisent un texte pour donner le ton initial de la marche : des cris et de nombreux tracts lancés brisaient le quotidien de la citoyenneté et de la police, qui s’en tenait à regarder de loin.

Nous étions plus de 150 personnes, groupes organisés, collectifs et individualités criant pour les compagnon-ne-s en prison. Beaucoup ont commencé à taguer des slogans sur le parcours de la manifestation, des compagnon-ne-s collaient des autocollants dans tous les sens, des centaines et des centaines de tracts ont été lancés dans les rues et les supermarchés, dérangeant les sales gardes et citoyen-ne-s qui profitent de leur misère dans ces centres de la consommation.

Beaucoup portaient des banderoles qui se référaient aux compagnon-ne-s en prison et en grève de la faim, d’autres avec des messages de confrontation contre l’État/Capital.

Le point final était sur la Plaza de Armas, et on a commencé à y lire différents communiqués de compagnon-ne-s révolutionnaires, qui ont contribué à la journée à travers des textes d’histoires et de totale dignité combattante. On a continué à crier des slogans pour chaque compagnon-ne en prison et en souvenir des 81 personnes assassinées dans la prison de San Miguel, il y a déjà 5 ans. Différent-e-s compagnon-ne-s de diverses tendances idéologiques ont contribué avec des prises de parole, qui se retrouvaient toutes dans la lutte contre la prison.

Après plusieurs minutes, la marche a commencé à se rendre vers le point de rendez-vous (Ahumada / Alameda), des cris pleins de mémoire ont envahi chaque espace et on a ramené dans la rue Claudia, Jhonny, Maury, Angry… nos compagnon-ne-s renaissent dans chaque action contre le pouvoir. Les âmes commençaient déjà à s’exalter, des anonymes lançaient des bombes sonores sur le parcours de la marche, ce qui provoquait une ambiance tendue et euphorique.

En arrivant au croisement d’Ahumada et Alameda, la police était déjà préparée à défendre toute avancée des compagnon-ne-s. Celles et ceux qui avaient convoqué ont remercié l’assistance et il a été mis fin à ce moment de rencontre, de propagande, d’agitation et de mémoire. La police a cru que l’événement était terminé… Mais non, autour de 22 heures, un grand nombre d’anonymes se sont réuni-e-s à une intersection d’Alameda et ont coupé tout le trafic de véhicules avec des barricades et des banderoles, accompagnées de cris pour la libération de nos compagnon-ne-s en prison et en mémoire de nos mort-e-s au combat.

Force et solidarité avec les prisonnier-e-s en grève de la faim !!
Face à la société carcérale, ni silence ni oubli, seulement la lutte !!

Des anarchistes.
Avril 2015.

en grec

Besançon : Le deuxième numéro de “Séditions” vient de sortir

Cliquez sur l’image pour télécharger le pdf.

Le deuxième numéro de ‘Séditions’ vient de paraître, exceptionnellement sous forme d’un huit pages. Il est disponible à prix libre à la librairie l’Autodidacte et à la SPAM (place Marulaz), au bar ‘Ze Muzic All’ (rue Rivotte) et lors de distributions spontanées dans la rue.

Voici une rapide présentation des thèmes qui y seront abordés:

– Le seul terroriste, c’est l’Etat (aperçu des dernières lois anti-terroristes adoptées en France)
– Les « 408 », en guerre contre le pouvoir et ses outils de contrôle
– Besançon: une ville sous occupation policière et militaire
– Quand « prévention » rime avec gentrification
– « Bien Urbain » ou l’art de la gentrification
– Opérations répressives en Espagne (Pandora et Pinata): affiche en solidarité avec les compagnon-nes anarchistes séquestré.e.s et arrêté.e.s

Si vous souhaitez le recevoir chez vous, n’hésitez pas à écrire à l’adresse seditions@riseup.net